L’eau est partout. Elle remplit les océans, les cieux et toutes les espèces végétales et animales de notre planète. Chez l’Homme, l’eau nous compose à 70% et intervient dans tous nos métabolismes. Nous sommes donc intimement lié à ce médium le plus important de notre corps.

Détoxifiante, revitalisante et apaisante, l’eau ou l’hydrothérapie, à cet atout majeur d’être adaptable, maléable et transformable et donne ainsi naissance à une multitude de technique d’hygiène traditionnelle naturopathique : eau chaude, eau froide, tiède, bain, friction, enveloppement, compresse, douche, jets, gargarisme, inhalation, vapeur, lavement … Aussi, quoi de plus naturel que de se tourner vers cet élément pour rétablir notre santé ?

Rôle de l’eau dans le corps

Si nos anciens faisaient de l’eau un art majeur, ce n’est pas pour rien. En effet, l’eau est primordial pour le fonctionnement de notre organisme car c’est l’élément central par lequel va transiter les nutriments, les déchets, mais aussi l’ensemble des informations nerveuses et hormonales. Autre rôle important, l’eau régule la température du corps et ce via le système nerveux autonome. Quand la température du corps s’élève, la transpiration apparaît et, donc, rafraîchit le corps.  Sur ce dernier point, nous allons aller plus en avant.

L’eau et la régulation thermique

En effet, la température centrale du corps est maintenue constante à 37°C (plus ou moins 5°C) pour permettre l’équilibre entre les apports et les pertes de chaleur. Quand la perte de chaleur est plus grande que l’apport de chaleur, la température du corps s’abaisse. Quand l’apport de chaleur est plus grand que la perte de chaleur, la température du corps s’élève. Logique implacable. Les principales pertes de chaleur se font par l’intermédiaire de la peau notamment par évaporation de l’eau et par la sudation qui permet l’évacuation de nos déchets.

Déchets? Vous avez dit déchets ?

Et oui, en mettant le corps au chaud, vous l’avez compris, notre corps de décharge de ses toxines à travers l’eau. Comment ? A la chaleur, on observe une modification de la circulation sanguine qui se traduit par une augmentation des calibres des vaisseaux sanguins (vasodilatation ) et une ouverture des glandes sébacées et sudoripares. Cette ouverture permet d’évacuer les déchets produits dans les parties profondes du corps vers la périphérie, c’est à dire vers la peau via la sueur. La sueur est donc de l’eau chargée en déchets comme l’urée, l’acide lactique et autres acides et substances chimiques. Vous ne verrez plus jamais la sueur de la même manière… c’est du pain béni pour le corps !

Les bénéfices du sauna

Aussi, quoi de mieux que le sauna pour transpirer ? Contrairement aux idées reçues, le sauna a des effets bénéfiques sur le système cardio-vasculaire, notamment grâce à la stimulation de la circulation sanguine générale.  Une étude publiée dans la revue Journal of Hypertension en septembre 2017 démontre que cette pratique a des effets bénéfiques sur la rigidité artérielle ainsi que sur la tension artérielle. On peut donc l’utiliser en rééducation après un infarctus du myocarde. Pour les personnes sujette au stress, le sauna saura vous soulager temporairement grâce à la libération d’endorphines, les fameuses hormones du bonheur et du bien-être. Bien sûr, il faudra traiter la source de votre stress… le sauna ne le fera pas disparaître ! Problèmes respiratoires (asthme, bronchite) ou encore rhumatismes inflammatoires (arthrose, polyarthrite rhumatoïde), douleurs articulaires, tensions, fybromyalgie,  et certaines maladies de peau comme le psoriasis se verront amoindries.

Comment bien pratiquer le sauna ?

Dans le sauna contrairement aux idées reçues il n’est pas nécessaire d’ajouter de l’eau sur les pierres car l’excès d’humidité freine la transpiration, augmente la température interne du corps, et fatigue ainsi le coeur. La chaleur d’un sauna thérapeutique doit donc être sèche c’est à dire une température de 90°C environ pour une hygrométrie de 35%, afin de permettre le relâchement musculaire et la transpiration.

  • Entrer dans le sauna. Si le corps n’est pas assez chaud, prendre une douche chaude avant et se sécher.
  • Entrer nu dans la cabine  en ayant le corps chaud et sec (même les cheveux) avec une serviette ou un peignoir et sans bijoux métalliques. S’installer dans le sauna assis, les jambes allongées ou repliées pour faciliter la circulation de retour, en réduisant la différence entre la tête et les pieds. Rester au calme. La position allongée peut être choisie au début de la séance durant quelques minutes. La séance ne doit pas excéder 15 minutes.
  • Sortir de la cabine dès que la sueur roule sur tout le corps (jambes y compris) car cela signifie que l’évaporation ne se fait plus pour rafraîchir le corps. Prenez le temps de vous asseoir avant de sortir. Si vous êtes à l’étage supérieur, passez à l’étage inférieur et restez assis quelques secondes.
  • Prendre une douche froide ou tiède pour provoquer une vasoconstriction des vaisseaux. La température de la douche doit être adaptée à votre vitalité : vous pouvez commencez par les pieds, les jambes, les bras puis le corps. Cela va avoir le même effet que la fièvre et brûler les résidus. Cette alternance permet une amélioration des connections du système nerveux et glandulaire renforçant ainsi globalement l’organisme et son système immunitaire.
  • Puis allez vous allonger pendant 15 minutes au calme afin de répartir les masses liquidiennes et permettre au corps de mobiliser à nouveau les déchets.
  • Si les extrémités se sont refroidies, prenez à nouveau une douche chaude et refaire le même cycle encore deux fois.

Dans les cures naturopatiques, 3 passages  en dehors des temps de digestion sont conseillés. Aussi, prévoyez 1h30 de votre temps. Comptez une heure pour deux passages et 30 minutes pour un seul. Pendant le sauna, si vous êtes très fatigué ou que votre corps ne se réchauffe pas spontanément après la douche fraîche, limitez vous à un seul passage. Avant le sauna, demandez conseil auprès d’un naturopathe si vous souffrez d’une pathologie, d’une fatigue importante ou si vous êtes enceinte.

Stéphanie Laville – naturopathe & thérapeute neuro-sensorielle PEACE